Bio

 Louise Lachapelle vit avec la forêt laurentienne.

 Sensible à la réciprocité des relations et des processus, entre les formes, les langages ou les lieux de création-diffusion, sa démarche se situe aux croisements des pratiques et des disciplines :

_Création, production et diffusion ;  

_Collaborations, artistiques et communautaires ;

_Enseignement, en milieux communautaires et académiques, niveaux collégial et universitaire ;

_Recherche, recherche-action, recherche-création, recherche fondamentale ;

_Activités de formation et d’échange, en contextes interculturels, en milieux autochtones.

Cette approche relève d’une critique de sa / la culture et d’une réflexion active sur le don.

Louise Lachapelle poursuit et présente son travail dans des contextes variés, artistiques, scientifiques et communautaires. Ses travaux sur le don et sur les violences de la maison, sur les processus créateurs et les pratiques artistiques et culturelles contemporaines, ainsi que ceux portant sur l’éthique collaborative et l’éthique en recherche et en milieux autochtones, ont fait l’objet de nombreuses publications et d’interventions publiques en français et en anglais (ses deux langues familiales), au Québec et à l’international.

 

LE COIN ROUGE ESSAI_MAQUETTE

Issu de ces activités de création, de recherche et d’enseignement des vingt dernières années, LE COIN ROUGE constitue une étape charnière du parcours de Louise Lachapelle et d’une démarche qui procède d’un certain nomadisme géographique et situationnel, mais aussi disciplinaire et méthodologique.

La réalisation de ce livre d’artiste s’est déployée sur un temps long, à un moment où la question récurrente de la création – ressurgie partout – s’imposait avec une acuité nouvelle et à même la question du livre. Cette oeuvre témoigne du rôle dynamique et structurant du photographique, du visuel et du constructif dans cette pratique créative et réflexive. Ce travail présente et reconfigure matériaux et questionnements dans des formats, des échelles ou des stratifications (layering) différentes, expressions d’un incessant dialogue et vitales mobilités des relations.

À la suite d’une invitation de Myriam Suchet, responsable du Centre d’Études québécoises à Paris, l’atelier de création du COIN ROUGE s’est littéralement déplacé. Cette résidence d’artiste réalisée en 2019 à la Bibliothèque Gaston-Miron de l’Université Sorbonne-Nouvelle – Paris 3, ainsi que le déplacement vers la région des Laurentides de certaines étapes de production indispensables à la finalisation de ce projet, figurent parmi les récents épisodes de ce parcours ayant mené, en 2023, à la publication du COIN ROUGE  aux Édition du Grand Élan.

 

Gratitude

Louise Lachapelle continue à reconnaître avec gratitude les enseignements et les soutiens offerts par une diversité de vivants. Membre de Figura, Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire de l’Université du Québec à Montréal, et cofondatrice, avec Shan Dak Puana, du collectif Mamu minu-tutamutau (Bien faire ensemble  en innu aimun),

Louise Lachapelle a oeuvré au sein de différentes institutions d’études supérieures, tout en étant affiliée principalement au Collège de Maisonneuve jusqu’en 2020. Elle poursuit actuellement ses diverses activités de manière autonome.

Les travaux individuels ou collectifs de Louise Lachapelle ont reçu l’appui du Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC), de Figura, Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire (Université du Québec à Montréal), du Collège de Maisonneuve, du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH), du Centre de recherches pour le développement international (CRDI), du Fonds de service aux collectivités, et du Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec.

Un portfolio présentant une sélection de ces réalisations est disponible ici.

Portfolio

Ce portfolio rassemble une sélection de TRAVAUX et les corpus de différents PROJETS. 

travaux sur le don (1995 –    )

Travaux sur le don et sur certains enjeux éthiques des pratiques artistiques et culturelles contemporaines.

Ce projet s’inscrit dans une réflexion active et un faire critique de ma / la culture.

travaux sur la maison (2002 –    )

Cycle de travaux portant sur les violences de la maison, des violences physiques et symboliques, associées à une culture humaine de l’espace habité, ainsi qu’à des pratiques culturelles comme l’occupation, l’appropriation, l’enfermement ou l’expropriation.

Ce projet aborde, depuis l’expérience vivante d’habiter et depuis la pratique de la création, les questionnements et les enjeux soulevés par ces travaux sur la violence de la maison.

mamu minu-tutamutau (2010 –    )

Les travaux du collectif Mamu minu-tutamutau sur l’éthique collaborative soutiennent les approches interculturelles de la décolonisation. Ces actions de formation, de recherche et de développement communautaire s’inscrivent dans une démarche d’autonomisation et de justice sociale.

La question Comment bien faire ensemble ?  guide ce projet créatif, éthique et politique.

l’atelier fait terrain (2014 –    )

Depuis l’atelier d’un questionnement sur la création et vers une diversité de terrains de pratiques et d’expériences, ces travaux explorent la performativité éthique et poétique de l’imagination.

Ce projet s’intéresse aux relations entre création et connaissances, et notamment lorsqu’il s’agit de la légitimation et du contrôle de la violence.